Cameroun: Le gouvernement éxécute la société civile

Albert ndjongang est devenu la figure emblématique des droits du citoyen Camerounais. Quand les poulaillers des fermiers locaux sont en crise, c’est lui qui fait venir José Bovet, quand les grains biologiquement modifiés sont acceptés par le gouvernement, c’est lui qui fait la contre campagne, quand des commerçants véreux sans foi ni lois cachent le ciment afin de créer des manques artificiels sur le marché, c’est encore lui qui défile dans toutes les télévisions nationale pour dénoncer la supercherie

1229075806njonga.gif

arrestation de Ndjongan

Cependant mal lui en a pris dans son parcours de leader de la société civile. En effet, en s’indignant sur la crise du maïs que vie le Cameroun, albert ndjongang a osé dénoncer les turpitudes du gouvernement camerounais. Il a dénoncé à haute voix une dizaine de ministres protégés du gouvernement ayant confondu « les tracteurs de la république à leur propre limousines privées ».

En effet, une vingtaine de tracteurs conçus pour l’agriculture en milieu équatoriale et sahélienne avait été confié au ministre de l’agriculture en vue d’une étude sur leur adaptabilité sur la culture du maïs sur des sols camerounais. Malheureusement, le membre du gouvernement avait préféré les distribuer à ses collègues, qui , vous vous en douter bien, les ont garé à l’intérieur de leur grosses villas, comme pour en ajouter à leur collection de « Pajeros », « Mercedes » et « Hum mers ». Pour albert ndjongang, de tels attitudes sont à l’origine de la crise du maïs actuellement dans le pays, qui compte actuellement un déficit de plus de 10 000 tonnes.

La déclaration a vite fait de tourner au vinaigre dans ce pays où la liberté d’expression fait loi, mais où on l’oublie vite quand les roitelets du gouvernement sont indexés. Monsieur albert ndjongang est rapidement interpellé par les dignitaires qui menacent de porter plainte. Le combattant de la société civile fait tôt de brandir les preuves y compris les noms des ministres indexés. Des photographies des tracteurs sont brandies aux yeux du public, enchaînés à l’intérieur de certaines villas. Mais malheureusement, droit de l’homme camerounais l’oblige, il est tout de même séquestré à la police pendant plusieurs heures. Une petite manifestation ose se tisser autour, et la police intervient qui bastonne tout le monde et casse le crâne de l’avocat que vous voyez ici. C’est cela une petite nouvelle du Cameroun des grandes ambitions.

philémon d’isaac BANINI

2 commentaires à “Cameroun: Le gouvernement éxécute la société civile”


  1. 0 peurnoire 7 jan 2009 à 17:13

    Et ben ! C’est du sérieux ici !!! Bonne continuation phil… Et bonne année, bonne santé surtout ! Vas visiter le site de mon frère qui a beaucoup voyagé : http://jeansol.unblog.fr/ Merci

    Dernière publication sur Lectures noires : De retour, enfin ! Tout ça parce qu'aucun ne valait la peine d'être cité...

  2. 1 peurnoire 7 jan 2009 à 17:16

    Tu commences juste ? Vas quand même voir dans ; « Gérer » et à droite : « statistiques » quelques visites restent coincées dedans, il faut mettre à jour de temps en temps (ce n’est pas normal que tu ais que 3 visites)

    Dernière publication sur Lectures noires : De retour, enfin ! Tout ça parce qu'aucun ne valait la peine d'être cité...

Laisser un commentaire



welcom to karim's blog |
le blog de Cécile O |
elan informatique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FÊTE DES AFFAIR'S
| blog de Nicolas Mary
| Les rumeures du collége cha...